HEDY LAMARR par Thézame Barrême et Abdul Jaba

Drôles de gens, drôles de temps, drôles de bêtes que ce duo Hedy Lamarr. Drôle, vous avez dit. Et bizarre. Et pas tant que ça. « Inclassable » vous pourriez vous risquer, comme pour une musique à température variable. Une bonne vieille variété futuriste, nourrie au sein, au paysage des années. Tendre, révolté, inventif, exalté. Et sincère, le duo. En surface, le chant de l’eau dormante chez Hedy Lamarr. Sous la peau, la sève ébouillantée, la danse, l’extravagance des survivants. Dans les mains, l’art du débat sans fin de celles et ceux qui-n’ont-plus-que-tout-à-gagner. Quelques lettres au passage. Ici et là, des chansons pour exilés, traqués de l’intérieur, pour jouets de la société. Bonbons de secours pour voyageurs, voyageuses assermenté.e.s. Un accent qui console Hedy Lamarr. Et une langue qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Que si l’on ne s’aime pas. Aimez-nous ! Aimez-vous ! Aimez-moi ! Quelque chose comme ça.

 À l’origine, une rencontre en 2013 dans la ville d’Arles. Une librairie, l’amour des mots, une poursuite, pourquoi pas, un apéro. Elle a levé les yeux de son livre. Lui s’est remis au piano. À l’arrivée en 2018, un album éponyme de 13 titres (12 en français, un en anglais) qui suscite des retours et des échos encourageants.

1. J’ai dormi
2. Un je-ne-sais-quoi et presque-rien
3. Près du radiateur
4. Dans les bras d’un oranger
5. Jane Doe
6. Ils ne savaient pas
7. Blanche, la nuit
8. Pas là, pas loin
9. Hier, au téléphone
10. Dans la ville d’Arles
11. Assieds-toi au soleil
12. Entre la nuit et nous
13. Non anniversaire

Quelques retours

« Mélodies fortes, rythmiques pures. La voix est belle, la langue aussi »
« Un objet musical singulier, entre ombres et lumières, entre la nuit et nous »
« C’est frais, enivrant, sensible, chaleureux, envoûtant, vibrant »
« De la poésie grandeur nature pleine d’émotion contenue, partagée »
« Un je-ne-sais-quoi du genre humain, un je-ne-sais-quoi de clandestin »
« Un non anniversaire, un feu, une joie immense de retour sur terre à la fin du monde »
« Comme si le temps pouvait s’arrêter, comme si le temps pouvait s’excuser »
« Boire à la santé de la Voie lactée, les lèvres mouillées par la soif de l’autre »
« La langue était sale sur les bancs ! C’est bon ça ! »
« C’est un film, une photo d’époque. On s’y reconnaît. »
« Aux confins de la chanson et de la littérature. »
« C’est ce qu’il manque à la chanson française »
—————————————————-
Thézame Barrême, chant, textes, composition, artiste pluridisciplinaire, écrivain, professeur au cours Florent Musique.

Abdul Jaba, composition, piano, machines, arrangements, son, ex libraire et animateur, concepteur d’émissions de radio, dix ans de conservatoire.

Photo album éponyme Hedy Lamarr : Ann Cantat-Corsini

Toutes les oeuvres diffusées sur ce site sont protégées par le droit d’auteur (SACEM)


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *